top of page

La reconstruction tertiaire

En cas d'échec d'une reconstruction mammaire en raison de l'apparition de complications ou de mauvais résultat esthétique et/ou fonctionnel, il est possible de réintervenir pour améliorer ou refaire la reconstruction en changeant de technique. On appelle cela une "reconstruction tertiaire".

Il s'agit le plus souvent de cas de reconstructions initialement réalisées par prothèse. La survenue de coque périprothétiques entrainant une déformation du sein et des douleurs, la rupture d'implant, la malposition d'implant, l'infection d'implant sont autant de motifs de demande de reconstruction tertiaire.

Il peut aussi s'agir d'un inconfort, en raison d'un sein figé, froid, insensible.

Il peut également s'agir d'une asymétrie mammaire, le sein reconstruit étant rond, figé, tendu et haut placé, tandis que le sein controlatéral (naturel) est souple, mobile et tombant.

 

Dans ce cas plusieurs options sont possibles :

- Le changement de la prothèse associé au lipofilling permet d'assouplir le sein et de camouffler l'implant

- Le retrait définitif de l'implant associé au lipofilling, dans ce cas plusieurs interventions (lipofilling) sont nécessaires et le volume final sera très modéré (bonnet A ou B), il faut y associer une réduction de l'autre sein.

- Le retrait définitif de l'implant associé à un lambeau pour remplacer le volume (grand dorsal, DIEP, TUG, etc.).

bottom of page